Questionnaire pour les écrivains de fiction - Jours 2, 3 et 4






2- La première histoire que vous avez terminée



Avez-vous dit la première ? Bien la première ? C'est vraiment la première que vous voulez ? Donc, voici cette première histoire terminée que j'ai en stock. Pour les plus attentifs d'entre vous (et pour ceux qui connaissent un peu ce que je scribouille), vous aurez vite saisi qu'il s'agit de Vie Alphabétique

Pour vous donner une idée de la chose (ou vous faire passer l'envie de vous y aventurer, au choix...), voici le petit discours explicatif du concept assez particulier du roman :


Alphabet. 
Beaucoup de folie. 
Certaines contraintes.
Des idées. En vrac. Fiction du début à la fin. Grand n'importe quoi. Habilement écrit. Illustre comédie. Journal d'un fou. Kidnapping de cerveau. Loufoque à souhait. Miracle romanesque capable de tenir debout. Nec plus ultra alphabétique. Oubli de la réflexion. Partant dans tous les sens. Quand il n'y a plus d'absurde, on en redemande.

Rien de simple. Sérieusement ! Tout avec légèreté. Un peu trop, peut-être ? 
Voyez par vous-mêmes !

Walkman aux oreilles. Xylophone en fond sonore, sinon. Yo-yo dans la main gauche, si vous préférez. Z'avez plus qu'à trouver un moyen de survivre à la lecture !
Roman à contraintes de vingt-six chapitres, Vie alphabétique joue méticuleusement avec les premières lettres de toutes ses phrases...


Soit. C'est plus clair sans être clair... Concrètement, c'est mieux si je vous filais un petit extrait, non ? Non ? Bon... Tant pis ! Je vous l'offre quand même :


Aujourd'hui, rien de surprenant ne s'est encore passé, vu que la journée n'est pas encore terminée. Avec ma mère, je cohabite depuis presque neuf mois, à une semaine près. Avouez qu'il est difficile de m'en vouloir pour mes piètres compétences en mathématiques : je ne suis qu'un bébé après tout, un nouveau-né bientôt.

Au réveil, ce matin, j'ai bien senti que ce serait le grand jour. À vrai dire, je me suis efforcé d'avertir ma mère à maintes reprises mais elle n'a rien voulu entendre. Apparemment une vraie tête de mule, ma mère ! Avec un peu de chance, elle sera sympathique. Aussi, ça rattrape un peu parce qu'une mère qui n'est qu'une tête de mule, ça doit pas être drôle tous les jours et, pire encore, ça risque d'en dire long sur mon futur caractère...

Avouons que j'ai déjà un caractère bien trempé, vous ne trouvez pas ?

Et là, encore... Ce n'est que le premier chapitre centré sur la lettre A. Imaginez donc un peu avec les autres lettres ! (j'entends vos cris d'horreur et vos cheveux tomber par terre d'ici...).

Plus sérieusement, cette histoire aura été la première que j'ai terminée et très honnêtement, je reviens de loin. Il faut savoir au début que la contrainte ne s'arrêtait pas uniquement à la lettre de l'alphabet : je voulais 26 chapitres de pile poil 1000 mots (oui... je suis bon à enfermer, vous prêchez un convaincu...). L'histoire a connu plusieurs titres, sous-titres avant de devenir Vie Alphabétique. En un an (et quelques mois), j'ai réussi ce défi de A à Z sans oublier aucune lettre. Aujourd'hui encore, j'ignore comment j'ai réussi cet exploit et encore moins comment j'ai fait pour en ressortir à peu près indemne. Mon Dieu... Plus jamais ça... Plus jamais de contraintes... Plus jamais... 



3- L'histoire sur laquelle vous travaillez actuellement


Pendant longtemps, j'ai été le genre d'auteur à écrire plusieurs histoires simultanément. C'est peut-être en vieillissant que je suis devenu raisonnable (quelle horreur...) et voilà que je ne peux écrire qu'une histoire à la fois. En l'abandonnant de temps en temps pour aller voir ailleurs, hein ! Vous allez me dire que dans les faits, il n'y a pas grand chose qui change mais dans ma tête, si ! Je reste focalisé sur une histoire à la fois et quand mon cerveau va ailleurs, je le suis, il pose ses valises devant la porte de l'histoire en question et en voiture, Simone ! (pardon mais je voulais caser "en voiture, Simone !" quelque part, autant le faire maintenant...).

Donc, l'histoire sur laquelle je travaille en ce moment. C'est quand même un peu pour ça que je scribouille cette réponse. Il s'agit du tome 2 de la trilogie Mais où est donc Ornikar ?. Le titre vous rappelle quelque chose ? Pensez donc aux conjonctions de coordination ? Vos souvenirs d'école ? Le moyen mnémotechnique pour retenir ses vilaines conjonctions de machin ? Voilà, vous y êtes !

C'est une histoire sensée être un "one-shot" (un roman unique) me permettant de participer au dernier concours de Gallimard jeunesse. Primo, ce n'est finalement même pas l'histoire que j'ai présentée (il aurait fallu l'achever dans les temps pour ça). Deuxio, je me suis fait doublement avoir puisque je n'étais pas prêt à quitter mes personnages et mon univers. Tellement de choses pouvaient être développées... Cela aurait été dommage de s'arrêter en si bon chemin. En si bon chemin, je vous le fais pas dire parce qu'on vadrouille beaucoup pour trouver l'Ornikar. Beaucoup, beaucoup ! 

Actuellement, j'en suis à l'écriture du chapitre 5 du T2 et je sais comment arriver au chapitre 26 (à savoir le dernier). C'est plutôt chouette, non ? (celui qui aurait eu envie de me dire "non, c'est assez hibou" aura ma reconnaissance éternelle et doit me faire l'honneur de se manifester). 


4- L'histoire que vous écrirez un jour

Elle me trotte dans la tête depuis pas mal de temps déjà... C'est plus qu'étonnant que je ne l'aie pas encore couchée sur le papier. Je parle de ce que j'ai intitulé jusqu'ici Amnesia. Un certain Evan et une certaine Leslie. De la manipulation, des rebondissements pleuvant diluviennement sur le roman, une complexité des sentiments, de l'amnésie (d'où le titre, hé oui !).

C'est quelque chose qui me tente énormément. Sauf que je pense avoir une certaine appréhension à l'écrire, comme si j'avais peur de me décevoir moi-même. Je ne sais pas... L'histoire a l'air si "waouh !" dans ma tête que j'ai peur de ne pas trouver les mots, de ne pas retranscrire comme il faut...

Seul l'avenir nous le dira, hein !


Rendez-vous tantôt pour connaître l'histoire que j'ai abandonnée (pour de bon) ! *suspense insoutenable*

 

Commentaires